vrijdag 22 april 2011

2005: Je (vertaling: Bernard de Coen)

Je suis ta douleur,
rue qui n’est plus la bienvenue
dans le nouveau projet d’urbanisation.
Je me tiens ici intact attendant
ta guérison.

Je suis ta relation sans issue,
réalité devant laquelle se fermer les yeux.
Nuit dans une autre tête.

Je suis ton là-bas,
silhouette qui avance le long d’une façade,
réplique douçâtre par lune pâle.

Je suis ta mort.
Demain plus qu’un souvenir,
oiseau mort dans une flaque.